Présentation / presentation

Click here for english

L’histoire du cinéma ne se serait pas faite sans l’apport des collectionneurs. Que ce soit par leur travail de collecte pionnier ou par leur défense passionnée de pans oubliés de la production cinématographique mondiale, les collectionneurs ont durablement influencé tant le terrain que les méthodes de l’histoire des images animées. Leur contribution n’en a pas moins longtemps été jetée dans l’ombre des travaux des représentants des institutions universitaires et des archives institutionnelles. L’intérêt nouveau pour les questions relatives aux archives, à l’archéologie des médias et à l’histoire des techniques a toutefois créé une conjoncture propice à une plus grande appréciation du travail des collectionneurs, de même qu’à une discussion des enjeux et défis inhérents à leurs échanges avec les mondes de la recherche, des musées et des archives. Par ailleurs, nombreux sont les cinéastes dont les démarches créatives et les choix esthétiques sont influencés par leur seconde identité de collectionneur.

Le colloque Le cinéma dans l’œil du collectionneur réunit des chercheurs universitaires provenant de plusieurs horizons disciplinaires, mais également des collectionneurs chevronnés, des cinéastes, des conservateurs et des archivistes internationaux. Ce sera l’occasion de mieux appréhender l’apport unique des collectionneurs à l’esthétique et à l’histoire du cinéma, ainsi que de réfléchir aux questions d’ordre épistémologique et historiographique liées à la constitution, à la conservation et à l’usage de collections. Au fil de ses cinq journées de conférences, de démonstrations, de spectacles et de projections, le colloque entend faciliter les échanges entre des milieux ayant bien souvent entretenu des rapports complexes et parfois tendus. Le collectionneur, on le sait, peut déranger : il investit des pans inexplorés de la production cinématographique et force les institutions patrimoniales à sortir de leur zone de confort. Plusieurs regroupements œuvrant dans des domaines précis – Domitor, Orphan Film Symposium, Home Movie Day, Prelinger Archives, entre autres – ont toutefois révélé le très grand potentiel des collaborations entre collectionneurs, archivistes et chercheurs. Il s’agira maintenant de démontrer que ces collaborations gagneraient à se généraliser au sein de la discipline des études cinématographiques et au-delà. C’est l’ambition avouée de ce colloque.

The history of cinema could not be written without the contribution of collectors. Whether through their pioneering collecting or their passionate championing of forgotten areas of world film production, collectors have had a lasting influence on both the shape of the history of moving pictures and the methods of writing that history. Nevertheless, for a long time their contribution was overshadowed by the work of representatives of academic institutions and institutional archives. Today, however, the new interest in questions around archives, media archaeology and the history of technology has created a conjuncture favourable to greater appreciation of the work of collectors, along with a discussion of the issues and challenges inherent to their interactions with the worlds of research, museums and archives. At the same time, there are many filmmakers whose creative practices and aesthetic choices are without question influenced by their second identity as a collector.

The conference Cinema in the Eye of the Collector invites scholars working in different disciplines, but also collectors, film practitioners, museum curators and archivists, to help shine light from various perspectives on the unique contribution of collectors to film aesthetics and history, as well as on questions of an epistemological and historiographical nature tied up with establishing, preserving and using collections. Over the conference’s five days of lectures, demonstrations and screenings, Cinema in the Eye of the Collector will facilitate exchanges between communities which have very often had complex and sometimes strained relations. Collectors, as is well known, can upset the apple cart: they take up unexplored areas of film production and force heritage institutions to leave their comfort zone. Several groups working in specific fields – such as Domitor, the Orphan Film Symposium, the Home Movie Day, and Prelinger Archives – have nevertheless demonstrated the great potential of collaborations between collectors, archivists and scholars. It is now a question of showing that these collaborations would benefit by being more widespread in the discipline of film studies. This is the avowed goal of this conference.